Sommaire des meilleures pratiques concernant les services d’interprétation

Sommaire des meilleures pratiques concernant les services d’interprétation

1. L’organisme a une politique claire et des normes connexes en matière d’accès linguistique.

  • Les services d’interprétation sont fournis gratuitement au patient;
  • Les services d’interprétation sont fournis à tous les points de contact principaux;
  • Les services d’interprétation sont disponibles pendant les heures d’ouverture du service;
  • Une formation des interprètes est obligatoire.

2. Les fournisseurs doivent se faire prévaloir de services d’interprètes lorsque des barrières linguistiques sont apparentes.

  • Des instructions claires visant à établir les besoins sont indiquées;
  • Les marches à suivre pour communiquer avec les services d’interprétation agréés sont fournies.

3. Les fournisseurs ont accès à de la formation spécifique pour travailler avec les interprètes.

4. Il y a des lignes directrices écrites en matière de communication avec un interprète.

5. Le fournisseur a recours uniquement à des interprètes qualifiés.

  • La famille et les amis ne doivent être utilisés qu’à la demande du patient;
  • L’utilisation du système d’appel par haut-parleurs est interdite ou fortement déconseillée;
  • Les membres du personnel bilingues (autres que les interprètes travaillant pour l’organisme) sont utilisés que pour l’interprétation:
    • s’ils ont reçu une formation en interprétation;
    • seulement dans des situations clairement identifiées ou dans des situations urgentes.

6. La formation des interprètes comprend:

  • Une orientation relative à l’établissement et aux programmes;
  • Un code d’éthique (confidentialité et protection des renseignements personnels sur la santé, consentement éclairé, rôle de l’interprète);
  • Terminologie et notions médicales;
  • Compétences d’interprète.

7. La durée minimum de la formation d’interprètes est de 40 heures.

8. Les patients sont offerts des renseignements sur leurs droits en matière d’assistance par interprétation.

  • Il existe un affichage dans la langue de la communauté;
  • Des renseignements sur les droits et les services sont disponibles dans la langue de la communauté.

9. Les services d’accès linguistique relèvent directement de la haute direction.

10. La base de données du fournisseur capte les renseignements suivants:

  • Langue maternelle du patient;
  • Nombre d’interactions dans lesquelles on a besoin d’un interprète;
  • Nombre d’interactions où un interprète a été sollicité;
  • Type d’interprète employé;
  • Nom de l’interprète;
  • Situations où des problèmes sont survenus en raison de barrières linguistiques;
  • Situations où un interprète n’était pas disponible.

11. Il existe des descriptions des fonctions des interprètes.

  • La description de poste reconnait la complexité du rôle de l’interprète.

12. Un processus d’évaluation des interprètes est en place.

Source : Traduction de Bowen, Sarah (2004). « Best Practices Summary » dans Language Barriers Within the Winnipeg Regional Health Authority : Evidence ans Implications, préparé pour l’Office régional de la santé de Winnipeg, septembre 2004, p.36.

Sommaires des meilleures pratiques – Services d’interprétation